Les objets connectés tiennent une place de plus en plus importante dans notre vie, participant d’une formidable révolution du quotidien. Mais ils représentent également une menace à prendre au sérieux, source potentielle d’attaques malveillantes.  Ne risquent-ils pas aussi de brider notre créativité ?

Par Guillaume Degroisse, directeur marketing et contenus de L’Atelier BNP Paribas. 

Les objets connectés se multiplient autour de nous. Si l’on peut associer leur origine à l’apparition de la domotique – Home Automation – un boom a eu lieu ces dernières années. Comme toutes les révolutions, celle-ci comporte certains risques qui ne relèvent pas que de la science-fiction. Les objets connectés constituent une opportunité formidable, en particulier grâce à leur capacité à discuter entre eux. En ajoutant l’intelligence artificielle (IA) à leurs technologies variées, nous sommes déjà en mesure de créer un environnement digital à même de faciliter considérablement notre quotidien.

Avec, d’un côté, le pilotage à distance des divers objets de la vie quotidienne pour le consommateur, et, de l’autre, l’automatisation d’à peu près tout ce qui touche aux processus des entreprises (comptabilité, achats, chaîne de production…), les grandes marques autant que les start-up redoublent de projets et d’inventivité, quand il s’agit d’exploiter ce filon. Les possibilités qu’apportent les objets connectés sont infinies.

Le monde entier à portée des hackers

Optimiser et automatiser les actions que nous effectuons chaque jour, c’est bien. Faire communiquer entre eux nos objets qui, ensemble, forment un réseau, c’est encore mieux. Seulement, au fur et à mesure qu’un système connecté grandit, sa faillibilité augmente. Le gigantesque réseau planétaire que nous sommes en train de confectionner, appelé Internet des Objets — voit ainsi grandir la menace à son encontre. Toutes les machines sont théoriquement capables de se faire hacker, la toile qu’elles tissent entre elles également. La cyber-sécurité, dans notre monde ultra-connecté, est devenue l’affaire de tous : citoyens aussi bien qu’entreprises.

Autre problématique, d’ordre plus individuel : qui donc pourra récupérer toutes ces données, les assembler et les distribuer ; qui pour jouer les arbitres ? Tandis que la dimension légale de la protection des données privées suscite déjà un débat houleux, qu’adviendra-t-il demain, quand nos actions généreront des quantités toujours plus importantes de data ?

Éviter à tout prix l’automatisation de l’Homme

Au-delà de ces menaces assez bien identifiées, la plus grande est celle de l’impact de ces technologies connectées sur l’humain. En automatisant un certain nombre de nos tâches quotidiennes, les objets connectés ne risquent-ils pas de contenir notre spontanéité, de brider notre créativité ? Chacun se doit de rester vigilant afin que l’adoption de ces nouvelles technologies ne devienne pas une forme de soumission envers elles. La mission de l’Homme est de veiller à ce que les machines restent à son service et l’aident à devenir un homme augmenté. Non à ce qu’elles remplacent ce qui fait qu’il est humain. Alors, les objets connectés : aide, ou menace pour l’Homme ? Il ne dépend que de lui, et de sa résilience, que ses pensées ne soient jamais… automatisées.

 

Par Guillaume Degroisse

Directeur marketing et contenus
de L’Atelier BNP Paribas

Guillaume Degroisse participera à la table ronde :
« Les objets connectés, aides ou menaces ? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s